Les Pneumatiques

et la jante

 

 

Dans son édition de 1968, le MAT3929 (catalogue des pneumatiques des véhicules en service) cite les MICHELIN XL, DUNLOP SP, TGS, ENGLEBERT MAX DN et le KLEBER-COLOMBES V10 TRT au chapitre IV page 8.

 

L’édition du MAT3929 de 1974 est augmentée du GOODYEAR ERG 800 MY et l’ENGLEBERT y figure sous la marque UNIROYAL (Merci à JP3Z pour ces deux versions du MAT3929).

 

Le MAT3929 ne mentionne que les pneus en 6.50x16 à carcasse radiale (numéro de nomenclature OTAN 2610-14-243-8721). La fiche technique FT186/AU sur les pressions de gonflage des pneumatiques à carcasse radiale du 11/02/75 énumèrent plus largement les différents types de pneus en service sur les VLTT à cette époque.

 

Dimension

Marque

Observation

6.00 x 16

Kléber-Colombes Military 6 ply

ENGLEBERT MS

La FT précise que « les pneumatiques conventionnels de 6.00x16 à profil military sont utilisés jusqu’à épuisement des stocks. Ils sont non panachables et doivent être gonflés à 2,1 bar. ».

6.50 x 16

MICHELIN XC

La FT précise que « les MICHELIN XC (profil routier) sont utilisés jusqu’à épuisement des stocks sur Jeeos SAHARA. Ils sont non panachables et doivent être gonflés aux pressions » indiquées par la FT. (le MAT3310 et certaines fiches EMA indiquent aussi la dimension de 6.00x16).

6.50 x 16

MICHELIN XL

Voir profil

6.50 x 16

Kléber-Colombes V10 TRT

neige et boue - Voir profil – Voir chambre à air Kléber-Colombes

6.50 x 16

DUNLOP SP-TGS

neige et boue

6.50 x 16

ENGLEBERT Max In

Ancêtre de l’UNIROYAL T9

6.50 x 16

GOODYEAR RADIAL plt

La FT précise qu’ils doivent être « utilisés exceptionnellement en remplacement des enveloppes des autres marques. Ils sont panachables à condition de monter les mêmes pneumatiques sur le même [train] ».

 

La fiche technique (dans sa version de 1975) ne cite pas :

 

Dimension

Marque

Observation

6.50 x 16

GOODYEAR RADIAL G800 MY

Voir profil

6.50 x 16

DUNLOP TRACKGRIP

En monte sur les jeeps équipées 106SR

6.50 x 16

UNIROYAL T9 10PR

 

 

Roland DATWYLER précise : « Les GOODYEAR ERG 800 MY datent du milieu des années 70, mais le manufacturier n’a dû en vendre que très peu dans le civil (le double du prix des GOODYEAR Military 600 x 16, le choix était donc vite fait !) et le marché pour l’armée était essentiellement détenu par KLEBER avec le V10, la production cessa donc vers la fin de la décennie. Dans la 2e moitié des années 80, GOODYEAR relança pour l’armée (il n’était alors plus disponible sur le marché civil) la fabrication du ERG 800 MY sous la dénomination G 800 MY. Il remplacera à partir du début des années 90 le KLEBER TRT dont la fabrication à cessée. Les G 800 MY ont étés fabriqués en France, Allemagne et République Tchèque. A noter aussi que les KLEBER V10 n’étaient pas radial au début, ils ne le sont devenus que quelques années plus tard, vers 1967. »

 

La pression des pneumatiques de type Military AV et AR est de 2,1 kg/cm². La FT 186 donne pour les autres les pressions suivantes :

 

 

Route

Tous usages

Sol mou

 

AV

AR

AV

AR

M201

1,4

1,5

1

1

Utiliser la pression minimum de gonflage du pneumatique

M201 106SR

Voir la fiche spécifique 106SR

 

◄ les pneus de l’armée de terre sont normalement marqués d’un AR suivi du millésime. Je pense qu’AR signifie « année de Réception ». Ci-contre, un TRT AR80 (Ph R. DATWYLER). A noter que les Kléber-Colombes 600x16 Military  en monte d’origine chez HOTCHKISS ne sont pas datés.

 

Andy CARTER signale une modification des moulages des TRT à la fin des années 80. Le nom “Colombes” disparaît tout comme “V10” et “E” ▼ au profit du seul marquage « Kléber TRT ». ▼

 

 

Pneumatiques de marque UNIROYAL mais de profils différents (à gauche un T9) Photos : E. PROTZ

 

 

La M201 a bénéficié dès sa sortie de jantes à voile plein dont la solidité et la sécurité sont supérieures aux jantes démontables dites de combat.

 

Ces jantes sont parfois millésimées, ici, 1962 (photo : Andrew CARTER)

 

Lors du stockage des véhicules (affectation à un Centre Mobilisateur par exemple), les pneus sont marqués 1-2-3-4 et éventuellement millésimés de l’année de stockage (ex. 1983). Chaque trimestre, les roues sont tournées d’un ¼ de tour selon les repères 1-2-3-4 pour éviter leur déformation.

◄ Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

 

Curiosités

 

un pneu Kléber-Colombes Military à flancs blancs (photo Olivier BEDIOT). Du plus effet sur sa M201 6V.

 

Cette M201 n°22973 surprise en 2006 chez JeepEst par Emile PROTZ, est équipée d’une jante de combat pour la roue de secours. Une survivante !

 

Les jantes de combat ont normalement toutes été pilonnées au cours des années 60. Roland DATWYLER nuance et précise : « en fait, ce n’est qu’au début des années 80 qu’elles devaient disparaître (note de service diffusées dans les unités concernées) pour raison de standardisation mais aussi pour une question de sécurité. En effet il y a eu de nombreux accidents lors du démontage des pneus par des personnes non expérimentées, de plus avec l’âge et la rouille les pneus sont souvent très difficiles à décoller et bien souvent des petits malins gonflaient les pneus jantes déboulonnées pour décoller et avec 2 ou 3 kg de pression voire plus, immanquablement, une des 2 parties de la jante partait en l’air avec les risques en cas de chute sur une personne. Il est vrai aussi qu’il arrivait d’en trouver parfois l’une ou l’autre sur des remorques jusqu’il y a quelques années parce qu’elles sont restées oubliées ou parce qu’il s’agissait de roues de secours restées dans des ateliers ou magasins. »

 

A noter que la chambre à air pour pneus 65.50x16 porte le numéro de nomenclature OTAN 2610-14-243-8747.

 

3 avril 2016