M201 equipees infra-rouge

 

 

Merci à Michel94 pour les photos de sa M201 qui illustrent cet article et à JPP pour les celles du kit infrarouge.

Merci aussi à CHIMERA_6 pour ses précisions sur les jumelles de vision nocturne

D’autres photos de M201 « infrarouge » sur la page « éclairage » de Patrick Martin et son témoignage d’utilisateur.

 

 

Extraits de la note technique AMX/R159 de la Direction des Etudes et Fabrications d’armement (DEFA) du 10 avril 1964 : montage de projecteurs de conduite et de recherche infra-rouge sur véhicule de liaison 4x4 ¼ t HOTCHKISS type M201 24 volts (le montage initial a été réalisé sur la M201 n°23351 immatriculée 231-3312).

 

I -OBJET

 

Comme suite à la DM 3540 TELEC/DEFA/DR - ST/DEFA/AC du 12 Juin 1963, l'Atelier de Construction d'Issy-les-Moulineaux a étudié le montage d'un équipement de conduite de nuit sur véhicule de liaison 4x4 – ¼ t HOTCHKISS type M201 - 24 volts.

 

Le montage défini par le présent document remplace linstallation faite sur jeep WILLYS-H0TCHKISS 6 volts, défini par la notice technique d'installation MAT67-81 A de Décembre 1959. Les projecteurs 170 mm de diamètre utilisés pour cette ancienne installation sont remplacés par les projecteurs homologués de 134 mm de diamètre.

 

En vue de rendre l'installation conforme aux dernières standardisations en vigueur les modifications suivantes ont été apportées :

1) Remplacement du commutateur principal d'éclairage à 5 positions par un commutateur principal à 7 positions dont une position est réservée à l'infra-rouge (alimentation des 2 projecteurs de conduite).

2) Remplacement des 2 commutateurs inverseur à main et à pied par un double inverseur d'éclairage ville et route à commande au pied.

 

NOTA : Les appareils nouveaux sont des appareils autorisés de montage par l'Atelier de Construction d Issy-les-Moulineaux.

 

II - DESCRIPTION DU MONTAGE

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

2.1 - PROJECTEURS DE C0NDUITE : Les 2 projecteurs de conduite sont montés sur 2 supports soudés sur l'avant des longerons du véhicule. Une grille de protection est fixée sur le pare-chocs avant devant chaque projecteur.

2.2 - PROJECTEUR DE RECHERCHE : Le projecteur de recherche est fixé sur un support lui-même boulonné sur la planche de bord du véhicule. Il peut être manœuvré par le conducteur ou le passager.

2.3 - EQUIPEMENTS ELECTRIQUES

-   Le commutateur principal d'éclairage 7 positions (à gauche sur la photo) se monte en lieu et place du commutateur à 5 positions.

-   Le double inverseur d'éclairage ville et route se monte à la place du commutateur inverseur au pied.

-   L’interrupteur de commande du projecteur de recherche (à droite sur la photo) est fixé sur la planche de bord à l'emplacement du commutateur inverseur à main.

-   Le faisceau dalimentation des projecteurs de conduite suit le faisceau d'alimentation des lanternes BLACK-0UT et est maintenu par les colliers existants.

-   Le faisceau d'alimentation du projecteur de recherche est derrière la planche de bord qu'il traverse dans un passe-fil. Il est fixé au support de projecteur par 2 colliers.

-   Le faisceau d'alimentation du double inverseur d'éclairage traverse la cloison moteur dans un passe-fil à positionner à 4 centimètres du passe-fil situé à coté de l'avertisseur.

 

II - REGLAGE DES PR0JECTEURS DE C0NDUITE

 

Ce réglage s'effectue de nuit, un opérateur étant assis à la place du conducteur et équipé de jumelles infrarouge de conduite de nuit de type NI-PE-2A ou NI-PE-3A.

 

3.1 - Allumer les projecteurs de conduite infra-rouge dont les écrous de fixation sur leur support auront préalablement été légèrement débloqués. Pour allumer les projecteurs de conduite infra-rouge il suffit de mettre le commutateur principal d'éclairage sur la position infra-rouge.

3.2 - Agir sur la position des projecteurs par rapport à leur support pour avoir simultanément une vision correcte.

-   dons  l'axe de la route jusqu'à 50 mètres.

-       sur les bas cotés dans un angle de 45° de chaque coté de l'axe de la route.

3.3 – rebloquer les boulons de fixation des projecteurs sur leur support

3.4 – vérifier que le blocage n’a pas déréglé l’orientation des projecteurs

3.5 – parfaire s’il y a lieu le réglage.

 

 

Sur ce type de technologie infrarouge

 

Extraits de l’optronique militaire en France (1945-1985), actes de la journée d’études du 16 mai 2002, Comité pour l’histoire de l’armement

 

Robert Bruneau (Le besoin du combat de nuit, moteur du développement de l’optronique) : Dès avant la guerre de 1939-1945, l’idée d’utiliser le rayonnement infrarouge à des fins militaires s’est exprimée, encouragée par les progrès de la photoélectricité, notamment en Allemagne. Après 1945 ont commencé à apparaître en France, dans les laboratoires publics et industriels, des tubes à images dits tubes transformateurs d’images (TTI).

Ces tubes à vide étaient composés d’une photocathode sensible dans le proche infrarouge (0,8 à 0,9 m) émettant sur toute sa surface une distribution d’électrons représentative de la distribution photonique à l’entrée. Accélérés par une électrode sous haute tension (15 à 20 kV), ces électrons allaient à leur tour se focaliser à l’autre extrémité du tube, sur un écran luminescent dans le vert : ils fournissaient ainsi une image exploitable par l’œil. En plaçant un tel tube entre un objectif, à l’entrée, et un oculaire, à la sortie, on constituait ainsi des lunettes à infrarouge. En associant à la lunette un projecteur doté simplement d’une lampe à incandescence ou, mieux, d’une lampe à xénon, devant lequel était placé un filtre ne laissant passer que la lumière infrarouge et permettant d’éclairer le paysage, on obtenait un équipement de vision nocturne totalement discret.

Ainsi se développèrent progressivement plusieurs types d’équipements, pour remplir les différentes fonctions citées plus haut, avec des projecteurs de diamètre plus ou moins importants (de quelques centimètres à environ 50 cm) et plus ou moins puissants et des lunettes de champ et grossissement adaptés.

Bien que détectables par un adversaire muni de matériels équivalents, voire de simples métascopes, ces dispositifs conféraient aux armées qui en étaient dotées un avantage décisif dans le combat de nuit face un adversaire non équipé.

 

Claude Cossé (Jumelles et épiscopes) : dans les systèmes actifs, la lunette de tir est réputée efficace à 200 mètres et les jumelles de conduite de véhicules jusqu’à 50 mètres.

 

Pour l’observation nocturne, les équipements NI-PE-2A ou NI-PE-3A se contentent de rendre visible le rayonnement IR fournie par les trois phares équipant la jeep. Cf. explications ci-dessus. Ces dispositifs sont maintenant obsolètes et ont été remplacés par des jumelles passives de vision nocturne type OB41A. La jumelle OB41A permet par son effet d'intensification de la lumière stellaire et lunaire, d'effectuer des travaux nocturnes ou de conduire des véhicules. Il s'agit d'intensification de la lumière résiduelle qui ne nécessite pas un éclairage d'appoint en Infrarouge. Un OB est donc totalement passif... et indétectable par l'adversaire. L'intensification par le tube cathodique est de l'ordre de 50 000 fois. En revanche, dans les pièces très sombres et fermées il faut rajouter une torche IR comme auparavant car il n'y a pas assez de lumière résiduelle (ex: une cave en sous-sol) ou alors il faut jeter un pot de vers luisants avant d'entrer !!! Source CHIMERA 6.

 

9 septembre 2010