Compagnie d’eclairage

de la 3e brigade mecanisée

 

 

Par Patrick MARTIN (contact : « éclaireur 67 »)

 

Au début des années 70, les Forces Françaises en Allemagne (F.F.A.), sous le commandement du C.C.F.F.A. (1) de Baden-Baden, constituaient le 2e Corps d’Armée. Il était composé de différentes unités de corps et de 3 Divisions Blindées (1ère DB, 3e DB et 5e DB) elles-même divisées en 2 Brigades Mécanisées.

 

La 1ère Division Blindée (Q.G. à Trèves) comprenait la 1ère Brigade Mécanisée (Q.G.à Saarburg) et la 3e Brigade Mécanisée (Q.G.à Wittlich). Chaque général commandant une Brigade Mécanisée avait directement sous ses ordres (pour emploi) une Compagnie d'Eclairage de Brigade (C.E.B.) portant le numéro de la Brigade en question et rattachée pour administration à un régiment d'Infanterie. En 1970, existaient donc, au sein de la 1ère DB, la CEB 1 (rattachée au 2e Groupe de Chasseurs Mécanisés de Saarburg) et la CEB 3 (rattachée au 8e Groupe de Chasseurs à Wittlich). Pour une raison que j'ignore, les deux CEB étaient basées à Trèves (Trier), dans deux quartiers différents.

 

Une C.E.B. était composée de 5 sections :

- 1 section « Commandement » comprenant notamment des moyens radios et logistiques importants (camions GBC et Unimog et 3 jeeps M 201)

- 3 sections d'Eclairage à 11 jeeps M 201 : 1 jeep Chef de section, 1 jeep adjoint, 3 Jeeps Chef de patrouille, 3 jeeps L.R.A.C. et 3 jeeps 106 SR

- 1 section Radar RASURA à 3 Unimog, 1 jeep Chef de section, 1 Jeep adjoint et 2X2 jeeps M 201 Radar.

Soit près de 150 hommes et 42 jeeps M 201.

 

A noter que lors de leur définition en 1964 (Règlement de manœuvre de la Compagnie d'Eclairage de Brigade - INF203, 1964), les CEB ne disposaient pas de section RADAR. Pour le chargement et l’armement des jeeps, voir la page « barda ».

 

En 1972, la CEB 3 est revenue à Wittlich, dans le quartier occupé par le 8ème G.C. Elle y est restée jusqu'en 1977, année de sa dissolution.

 

insigne du 8e GC

 

En 1977, les Brigades Mécanisées ont disparu pour ne garder que les Divisions Blindées. Chaque Général de Division eut alors directement sous ses ordres un Escadron d'Eclairage Divisionnaire (E.E.D.) portant le numéro de la Division qui l'emploie. Ce sont des régiments de l'Arme Blindée et Cavalerie qui ont repris ces unités légères et très mobiles qui portent depuis quelques années le nom d'Escadron d'Eclairage et d'Investigations (E.E.I.) suivi du numéro de la Brigade de rattachement (Eh oui, les divisions sont maintenant devenues des Brigades…C'est normal compte tenu de la baisse énorme des effectifs.) Ces unités sont montées sur V.B.L. Panhard qui remplacent avantageusement la jeep (protection du personnel, confort et capacité amphibie, mais avec un champ de vision considérablement amoindri)

 

Les personnels issus des C.E.B. dissoutes ont pour beaucoup retrouvé une place dans des unités d'Eclairage, soit dans les E.E.D. soit, en régiment, dans les S.E.R. (Section Eclairage Renseignement) comme ce fut mon cas. D'abord sur M 201, nous passions en 1983 sur P 4 essence, confortables mais peu puissants, moins maniables et peut-être moins fiables que nos petites jeeps. La M 201, malgré son âge avancé, ne m'a jamais laissé "en carafe" sur le bord de la route : quelques outils simples et un peu de bon sens mécanique suffisaient à la faire repartir dans presque tous les cas. Ouvrez le capot d'un P4 pour voir… Il paraît que ça s'est amélioré depuis le passage au diesel.

 

 

(1) CCFFA = commandant en chef des forces françaises en Allemagne

 

t

6 février 2012