Manœuvres du 33e rima

 

 

Eric (arta.e@wanadoo.fr) nous offre cette superbe photo.

 

Cette photo a été prise entre le 3 et le 10 novembre 1989 sur l'île de Vieques, au large de Porto Rico, dont la moitié de la surface était alors occupée par un camp d'entraînement militaire U.S.

 

"Sur la photo, la SER (section éclairage et de reconnaissance) de la BAMA (batterie d'artillerie de marine, maintenant dissoute) du 33e RIMa est en manœuvre sur l'île de Vieques (Porto Rico) en 1989, avec d'intéressantes housses de pare-brise. Tous les véhicules (dont plusieurs SUMB MARMON, dont on voit le nez sur la photo, au premier plan) avaient été débarqués du BAtiment de TRansport Léger (BATRAL) Francis.Garnier, qu'on voit au large sur la photo. C'étaient des manœuvres conjointes (33ème RIMa et l'USS Spartenburg County). Je me souviens d'avoir surpris un officier US contemplant d'un air médusé une de ces jeeps. Il n'en revenait pas de leur état de conservation, il faut dire qu'il n'en avait vu que dans des films sur le Débarquement,  comme il me l'a expliqué. Fallait il vraiment prendre ça pour un compliment ???"

 

Et il conclue "Engagez-vous, rengagez-vous dans la Coloniale !"

 

cliquez sur l’image pour l’agrandir

Eric apporte les précisions suivantes : "Précision pour précision : les manœuvres en question, qui se sont répétées deux années de suite, rassemblaient à chaque fois une compagnie du RIMa, un bataillon des US Marines et une unité des Gardes Nationaux (plus un bâtiment de la Navy). Les relations entre ces deux unités US étaient d'ailleurs exécrables, les marines traitant les gardes de "chômeurs" (il est vrai qu'aux USA l'activité de réserve constitue souvent un complément non négligeable de revenus). J'ai eu en consultation des gardes qui préféraient encore se faire soigner par un Français que par un Marine ! Je n'en savais pas tant sur Vieques. Mais je me souviens bien que nous avons traversé la partie habitée en convoi et sous escorte policière. Selon les habitudes des militaires US, ceux ci vivaient claquemurés dans leur camp, vivant en autarcie, ce qui ne pouvait engendrer que de la méfiance de la part de la population. Ce genre de comportement est tout a fait contraire aux traditions françaises et le commandant US du camp a rapidement dû renoncer à nous empêcher de sortir, sous peine d'incident diplomatique. Il a bien tenté de faire "accompagner" les premiers touristes, mais les accompagnateurs en question ont été ramenés bien éméchés le soir. Le petit commerce de proximité a connu donc une activité qu'il n'avait jamais connue auparavant et j'atteste que lorsque le convoi français a retraversé la partie habitée de l'île pour rembarquer, il a été très chaudement salué par la population. A part ça, je n'ai jamais connu de camp de manœuvres avec des plages aussi fabuleuses, sauf la partie réservée aux tirs, dont les cibles étaient d'ailleurs constituées d'émouvantes carcasses de Liberty Ships."

 

Le 33e RIMa a été recréé en 1961. Il est l'héritier des traditions des 33eme Régiment d'Infanterie Coloniale et du 33eme Régiment d'Infanterie Colonial Mixte Sénégalais mis sur pied pour la durée des deux guerres mondiales. Son drapeau porte trois inscriptions de bataille et est décoré de la croix de guerre 14-18 avec deux palmes, de la croix de guerre 39-45 avec une palme. Il s'orne de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 14-18.

 

L'île de Vieques

 

Créée en 1941, la base militaire navale américaine de Vieques couvrait les deux tiers de la superficie de cette petite île (135 km²), située à 10 kilomètres de la côte est de Porto Rico. Partie intégrante de l'Atlantic Fleet Weapons Training Facility, cette installation représentait, pour les forces navales américaines, une zone d'entraînement qualifiée d'indispensable, grâce notamment aux possibilités qu'elle offrait de réaliser des manœuvres « air-terre-mer ». Prise en sandwich entre une zone de tir et une aire de stockage de munitions, la majorité des 9 400 habitants de Vieques contestait la présence des forces navales, qu'elle accusait, études scientifiques à l'appui, d'avoir provoqué de sérieux dégâts écologiques et une sensible dégradation de sa santé. Le thème du bruit assourdissant des bombes reviennait fréquemment parmi les griefs formulés. Un taux de cancer anormalement élevé (27 % de plus que dans le reste de Porto Rico) avait été détecté en 1999. Par ailleurs, alors que la population de Vieques était nettement moins prospère que celle de l'île principale, les militaires avaient créé peu d'emplois pour les autochtones. Le 30 juillet 2001, l'arrêt immédiat des exercices de bombardement de la marine américaine sur l'île portoricaine de Vieques a été plébiscité par 68% des électeurs de cette île de 9.400 habitants, lors d'un référendum sans valeur contraignante pour les Etats-Unis organisé par le gouverneur de Porto Rico, Mme Sila Calderon. Trente pour cent des électeurs de Vieques ont souhaité la continuation des manœuvres militaires et à peine 2% se sont prononcés pour leur suppression.

Finalement la base de Vieques a fermé en 2003.

 

Sources sur les forces d’Outremer et le 33e RIMa : http://www.defense.gouv.fr/terre/presentation/organisation-des-forces/troupes-de-marine/troupes-de-marine

 

Sources sur le BATRAL Francis Garnier : http://www.netmarine.net/

 

A noter que l'U.S.S. Spartenburg County (ex-USN Newport class LST) a été vendu en 1994 à la marine royale malaysienne et a été rebaptisé KD Sri Inderapura.

 

10 mars 2013